Meilleures tables de roulette sur internet

Les sites en ligne et le marché français

Il existe des pays pour lesquels les sites de casino en ligne sont illégaux puisque le marché est contrôlé par un seul organisme. Effectivement, c’est le cas pour la France dont le monopole est détenu par la Française des jeux. Cependant, grâce à internet, les joueurs peuvent naviguer sur des sites qui n’ont pas obtenu de licence française et jouer dans les casinos sur internet. Bien que de nombreuses banques refusent les paiements de ces sites dits illégaux, une part assez importante d’internautes continue d’aller sur ces sites.

D’ailleurs en raison d’un déficit fiscal important, le marché pourrait s’ouvrir à la concurrence. Il faut dire que cette perte fiscale est estimée à 112 millions d’euros chaque année qui correspond à un chiffre d’affaires d’un milliard et demi. Statistiquement, on recense environ deux millions de joueurs français illégaux sur internet. Malgré cette modification légal, le nombre de sites illégaux en fonctionnement sera estimé à 2 700 sites. Les sites de jeux en ligne délaissent en effet les licences françaises. Les contraintes fiscales sont plus importantes et les société préfèrent opter pour d’autres licences européennes. De plus, de nombreux jeux comme le bingo sont toujours interdits et aucune loi ne prévoit de les rendre légitimes.

Dans ces conditions, l’ouverture à la concurrence pourrait être mise en échec. Les opérateurs qui opteront pour une licence française se verront en effet fortement pénalisés par le système. Même avec des mesures d’ouverture, la perte en termes de chiffres d’affaires est toujours évaluée à 450 millions d’euros avec un manque de 34 millions d’euros dans les recettes fiscales. Ces chiffres sont annoncés par la société Monaco IGaming Exchanges, selon une étude qu’ils ont mené. Bien que ces estimations présentent une amélioration, la situation sera loin d’être rose pour les futurs opérateurs de jeux du pays.

En tout cas, les opinions divergent sur la nouvelle règlementation. Certains prédisent un échec cuisant pour cette tentative d’ouvrir le marché et que peu d’investisseurs seront intéressés. D’autres prétendent par contre que c’est une occasion de briser un monopole qui dure depuis trop longtemps et que l’ouverture à la concurrence ne pourrait qu’améliorer les choses. Seule l’avenir pourra apporter les réponses sur l’opportunité de la mise en place de ces nouvelles règlementations. Il faut rappeler que cette nouvelle loi est censée accompagner l’ouverture de la coupe du monde de football et de profiter déjà des retombées de l’évènement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *